Jun 16, 2017

Hépatite B.

0 comments

Transmission

Elle se fait principalement par voie verticale, de la mère à l’enfant, dans les pays de forte endémie, et ailleurs par voie sexuelle (adolescents, homosexuels, hétérosexuels à

partenaires multiples, « tourisme sexuel ») et par voie parentérale (toxicomanie, contamination par du matériel souillé lors de soins conventionnels ou non, exposition professionnelle), la contamination transfusionnelle ayant presque totalement disparu.

 

Dépistage

Il est obligatoire lors du don du sang et chez la femme enceinte au cours du dernier trimestre de la grossesse. Il doit également être fait avant vaccination chez les personnes à haut risque : entourage d’un malade atteint d’hépatite B, toxicomanes et leurs partenaires sexuels, hétérosexuels à partenaires multiples et homosexuels, malades infectés par le VIH ou le VHC, personnes originaires d’Asie ou d’Afrique noire.

 

Vaccination

Les nouveau-nés de mère porteuse de l’Ag HBs (la recherche d’Ag HBs est obligatoire au cours du troisième trimestre de toute grossesse ; en France, un peu moins de 1% des femmes sont porteuses de l’Ag HBs) doivent recevoir dès la naissance trois injections de 10 íg de vaccin (Engerix Bt, GenHevac B Pasteurt) intramusculaire à 1 mois d’intervalle, avec un rappel à 1 an; une injection d’Ig spécifiques (1 ou 2 mL) est associée à la naissance, en un site éloigné de celui du vaccin, et répétée à 1 mois si la mère est virémique (Ag HBe et/ou ADN-VHB présents).

La vaccination de tous les nouveau-nés est conseillée selon un schéma « 0, 1, 6 mois », et conseillée chez les « préadolescents », à la même dose unitaire de 10 íg. Chez les personnes vivant au contact d’un malade atteint d’hépatite B, la vaccination (ou la sérovaccination pour le partenaire sexuel) doit être précédée de la recherche d’Ag HBs et d’anticorps anti-HBs.

Chez l’adulte, la vaccination est obligatoire chez les professionnels de santé. Elle est nécessaire chez les personnes à risque élevé (insuffisants rénaux, hémophiles, homosexuels ou hétérosexuels à partenaires multiples, voyageurs en pays d’endémie). Le même schéma vaccinal peut être employé (0, 1, 6 mois), avec une dose unitaire de 20 íg. Le taux de réponse, proche de 100% chez les nouveau-nés, n’est pas supérieur à 85% au-delà de 40 ans. Des protocoles renforcés peuvent être efficaces chez les non répondeurs (hémodialysés notamment). L’efficacité de la vaccination doit être contrôlée par le dosage des anticorps anti-HBs (qui doit être supérieur à 10 UI/L) dans tous les groupes à risque (les injections de rappel n’étant faites que si ce taux est inférieur à 10 U/L).

En cas d’exposition accidentelle, il faut administrer aussi tôt que possible des Ig spécifiques anti-HBs (0,05 à 0,07 mL/kg intramusculaire), en commençant simultanément la vaccination en un point éloigné. S’il s’agit d’un sujet vacciné, il faut vérifier en urgence que le taux d’anticorps anti-HBs est supérieur à 50 UI/L. Sinon, il faut faire la même sérovaccination.

Des cas d’atteintes neurologiques ont été rapportés dans les suites de la vaccination anti VHB. Bien que le lien de causalité ne soit pas établi, l’Agence du médicament a recommandé la prudence chez les malades atteints de sclérose en plaques où le bénéfice individuel de la vaccination doit être rigoureusement évalué.

 

Références:

- Bégué P, Denis F, Goudeau A, Micoud M, Aufrère A. Vaccination contre

l’hépatite B en France. Bilan de la campagne de vaccination de 1995. Rev Prat

Med Gen 1997 ; 11 : 33-39

New Posts

Most Commented Posts

Create ✍️ - Like ❤️ - Comment 💬 - Share 🔗

Shares.png
  • Share Now Social Media
  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Tumblr
  • YouTube
  • Google Search
  • WhatsApp Share button Facebook